Un effort de civisme pour l’environnement


Sans que cela soit toutefois spécifique à Viroflay, notre environnement quotidien souffre depuis quelques mois de conséquences visibles de restrictions de budgets. En effet, malgré les appels répétés, les dépôts sauvages de déchets en tous genres « fleurissent » ça et là, et généralement nuitamment !

De quoi s’agit-il ? Incontestablement de plusieurs « variétés » : les unes relèvent de la négligence, telle qu’on la retrouve au pied des « Points d’Apport Volontaire » de verre, sans qu’il soit très facile de comprendre ce qui a empêché les bouteilles d’en franchir la bouche (sauf en cas de surcharge, bien-sûr); d’autres poussent dans des recoins ! Il reste toutefois difficile de trouver une explication à l’attrait que semble exercer une borne à incendie (par exemple) sur un fer à repasser, un pot de peinture ou un sac plastique au contenu douteux. Ce constat est hélas fréquent.

Tous les Viroflaysiens savent pourtant que, une fois pas mois, les objets encombrants sont ramassés devant leur porte. Savez-vous ce qui pousse certains à choisir un moment différent pour encombrer le trottoir d’immondices ? Pas facile à comprendre, du moins pour un esprit rationnel.

Cette inattention des règles élémentaires relève parfois clairement de l’incivisme. Pour certaines personnes, l’idée même de se déplacer jusqu’à la déchetterie est inconcevable. Nous n’ignorons pas qu’elle peut présenter une difficulté matérielle. Mais savons-nous au moins que ces déchets spécifiques (ceux qui ne sont pas collectés devant nos portes, telles que les peintures, solvants, ou appareils électriques ou électroniques) peuvent être apportés, une fois par mois, à Viroflay, en des lieux clairement indiqués tant sur le site Internet de la ville que sur la documentation largement diffusée ?

Peut-on comprendre ce geste de déposer « en cachette » ses ordures en un endroit qui souille la ville, ou de dissimuler ses déchets spéciaux dans un tas d’encombrants (de préférence pas devant chez soi !) alors qu’il est facile de s’en débarrasser proprement ? Il est clair qu’un ramassage quotidien de tous les déchets éparpillés dans la ville représenterait un coût considérable. Un petit effort de civisme, pour chacun, permettrait simplement de ne pas dépenser de l’argent inutilement et de préserver ce cadre de vie qui nous est cher.

Les 27 élus de l’Union Pour Viroflay
unionpourviroflay.fr
et sur Facebook

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *