Allo ? A l’eau !


La Pis-cine ! ? Cette « interrojection » était sur beaucoup de lèvres depuis maintenant … trop longtemps. Malgré les affirmations répétées par notre maire et relayées par les conseillers municipaux de tous bords, le doute s’immisçait dans les conversations viroflaysiennes. Qu’elles soient de salon, de marché, de trottoir, de café ou de coiffeur, les discussions revenaient sans cesse : « Il paraît qu’il y aura un supermarché », « Pensez-vous, je sais qu’ils veulent faire des HLM ! », « vous verrez bien qu’ils ne feront rien »…

A la décharge des Viroflaysiens, les silences ouvrent la porte aux supputations les plus extravagantes et aux ragots les plus débridés. Pourtant, le travail se faisait bien. Dans le secret, « hélas. C’est là qu’est l’os ». Pourquoi taire toute information sur l’avancée des tractations qui aurait réjoui l’âme aquatique des Viroflaysiens ? Pourquoi cacher ce projet enthousiasmant et tant attendu ? Nous aurions tous aimé en savoir plus, vivre un suspense évolutif plutôt qu’un silence sidéral. Rappelons que l’opération consiste à déléguer à une société privée l’organisation et la gestion d’un service public. Les formes très particulières d’une Délégation de Service Public sont soumises à une réglementation stricte exigeant une parfaite égalité de traitement entre tous les candidats. Ceci exclut donc tout échange particulier entre l’un d’eux et une personne connaissant le dossier… ce qui exige (la nature humaine est ainsi faite) un nombre très limité de personnes y ayant accès. C’est d’une logique imparable et glaciale qui se heurte au jeu de la démocratie. Est-il normal qu’un élu municipal, qu’il soit ou non de la majorité ne puisse rien connaître du contenu ni de l’avancement de l’affaire ? Est-il démocratique qu’une telle opération se décide à huis clos même si, au final, le Conseil Municipal est souverain ? Est-il sain qu’une telle responsabilité pèse sur les épaules du maire et d’une poignée d’élus ? Nous sommes d’accord : ça se discute ou, plutôt, ça devrait se discuter.

A Viroflay, nous avons choisi d’adjoindre un élu de groupe minoritaire porteur d’un éclairage différent pour obtenir l’unanimité sur le choix du candidat. Même si cette organisation n’est pas parfaite, elle tendait à accorder la démocratie à la Loi.

Dura lex sed lex

Les 26 élus de l’Union Pour Viroflay

unionpourviroflay.fr

et sur Facebook

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *