Le Viroflay que nous aimons


Notre magazine s’ouvre sur les vacances à l’approche de l’été alors qu’une grande partie des Viroflaysiens vont s’absenter plus ou moins longtemps, pour rejoindre des sites familiers ou découvrir de nouveaux horizons. Pendant cette période plus calme, notre ville ne dort pas et de nombreuses activités sont initiées ou se poursuivent. La diminution de la circulation automobile est, bien sûr, propice aux travaux de réfection de la voirie et ceux-ci ne seront pas en reste. Mais la ville change de peau, par endroits, car une cité vit et se transforme par la volonté de tous ses acteurs. Il s’agit parfois de choix communaux posés par le Conseil Municipal actuel, ou le précédent, ou celui d’avant. Souvent, ils sont le fruit de décisions privées que, Dieu merci, notre Démocratie autorise encore ! D’autres enfin relèvent d’instances nationales que notre fidélité à la République nous amène à accepter naturellement.

Comment pourrait-on raisonnablement s’opposer à la mise en accessibilité de nos gares ou à la réfection des voies ferrées ? Bien-sûr, nous aurions tous préféré que, sur un coup de baguette magique, en silence et en une nuit…

Doit-on refuser aux propriétaires de vendre leurs biens ? Aux acheteurs de bâtir des

logements ou d’agrandir la maison familiale, alors que la demande est si pressante ? De telles solutions existent dans certains régimes politiques dont nous ne voulons pas. Le choix de l’urbanisation constitue un vrai sujet qui marque notre époque et les échanges avec nos semblables montrent que les avis sont contrastés. La société évolue dans ce sens depuis des décennies et partout dans le monde. C’est un constat et, si rien ne nous empêche de réfléchir à ses raisons, ni de les critiquer, nous devons mesurer

combien il résulte de nos choix de société, de consommation, de déplacements et de confort. Une ville ne peut que s’étendre, se densifier… ou décroitre et dépérir. Les exemples sont nombreux. La stagnation urbaine n’existe pas, sauf pour certains villages-musées. Comme les Viroflaysiens sont vivants, leur ville ne peut que refléter leur dynamisme et nous saurons, tous, conserver notre sens de l’accueil convivial en partageant avec les nouveaux arrivants l’esprit qui nous est cher. C’est le meilleur moyen de vivre le Viroflay que nous aimons.

Les 26 élus de l’Union Pour Viroflay

unionpourviroflay.fr

et sur Facebook

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *